Comment la crise mondiale de la chaîne d'approvisionnement va impacter l'or

The Spotlight
10 minutes de lecture
19 oct. 2021

La propagation rapide du Covid a causé des ravages dans la chaîne d'approvisionnement mondiale qui risquent de durer pendant encore des mois. Comment cette situation va-t-elle affecter l'économie et, surtout, le prix de l'or?

Vous vous demandez peut-être pourquoi tout semble être en rupture de stock: voitures, appareils électroniques, livres ou même jouets. Vous voulez savoir pourquoi les étalages de certains magasins semblent parfois un peu vides?

La faute à une chaîne d'approvisionnement mondiale de plus en plus tendue, celle qui relie les fabricants à leurs chaînes d’assemblage puis aux consommateurs.

Un problème qui semble avoir surgi peu après le début de la pandémie de COVID-19 et qui ne semble avoir fait qu'empirer, amenant de nombreux investisseurs dans l’or physique à s’interroger sur les conséquences possibles pour l'économie mondiale.

Mais avant de mieux comprendre comment nous en sommes arrivés là et l’impact que cette situation pourrait avoir sur le prix de l'or, reprenons les bases.

Qu’est-ce qu’une chaîne d’approvisionnement?

Pour faire simple, une chaîne d'approvisionnement est le réseau qui connecte une entreprise et ses fournisseurs pour produire puis distribuer un produit ou un service jusqu’au consommateur final.

Les maillons d'une chaîne d'approvisionnement comprennent le développement du produit, le marketing, les opérations, la distribution, les finances et le service client.

En d'autres termes, c'est grâce à elle que votre iPhone, votre voiture ou votre nouveau canapé pourront commencer leur vie dans leur leur usine pour ensuite arriver jusqu'à chez vous.

Que se passe-t-il exactement?

Jusqu'à récemment, il était peu probable qu’en tant que consommateurs, nous ayons à nous préoccuper de savoir comment les produits que nous achetons arrivent jusqu'à nous. Mais les choses semblent avoir changé.

Vous avez certainement remarqué que certains de vos achats en ligne mettent plus de temps à arriver, que les rayons des magasins sont parfois un peu plus vides et que les meubles que vous avez achetés ont des délais de livraisons de plusieurs mois au lieu de quelques semaines auparavant.

Ces dérèglements sont causés par les perturbations croissantes dans la chaîne d'approvisionnement mondiale. Voyons donc cela de plus près.

L’impact de la pandémie de COVID-19 sur la chaîne d’approvisionnement

La pandémie a clairement eu un impact majeur sur le fonctionnement de la chaîne d'approvisionnement mondiale: les confinements et restrictions à répétion ont ralenti le flux de matières premières et de produits finis et ainsi perturbé toutes les étapes de la chaîne d'approvisionnement, de la fabrication jusqu'à la distribution.

Voici les 3 principaux effets de la pandémie:

  • Un accès coupé à leurs fournisseurs: L'Europe et les États-Unis dépendent fortement des fournisseurs chinois et étrangers dans des secteurs stratégiques comme les matières premières, les produits pharmaceutiques ou les puces semi-conductrices. Mais avec les fermetures d'usines causées par la pandémie et les nombreux embouteillages à chaque étape de la chaîne d'approvisionnement (main-d'œuvre, conteneurs, transport maritime, logistique, etc.) de nombreuses entreprises se sont vues coupées de leurs principaux fournisseurs et ont été forcées de ralentir leur production.

C'est ce qu’explique le spécialiste en investissement, John Rutledge: "La nature même des épidémies fait qu'elles ne se contentent pas d'une seule vague d'infections mais de plusieurs [...] En général, la production ralentit, et cela affecte le PIB. Si vous ne pouvez pas obtenir les matériaux dont vous avez besoin, vous n’avez pas d’autre choix que de ralentir la production".

  • Pénurie de main-d'œuvre: avec l'épidémie de Covid un grand nombre de travailleurs se sont retrouvés enfermés chez eux, des villes et des pays entiers confinés, et l’approvisionnement en main-d'œuvre de beaucoup de pays s’est ainsi vu fortement perturbé, ce qui a crée des pénuries sans précédent à travers le monde.

"On ne sait pas exactement combien de ces travailleurs ont peur d'aller travailler, combien ne veulent pas aller travailler, ou combien ont encore assez d'argent liquide de côté. Mais il est assez clair pour moi que cette pénurie de travailleurs ne risque pas de disparaître d’ici trois, six, ou même douze mois", a ajouté M. Rutledge.

  • Dépendance aux importations chinoises: comme nous l’avons expliqué plus haut, l'Europe dépend fortement des importations chinoises. L'année dernière, la Chine a détrôné les États-Unis est est devenue, pour la première fois, le premier partenaire commercial de l'Europe. Des problème dans la chaîne d'approvisionnement chinoise pourraient donc avoir des répercussions importantes sur l’ensemble du commerce mondial.

"Une des choses révélée par le COVID-19 est le changement rapide qui a eu lieu dans la masse critique des chaînes de valeur qui se sont constituées en Chine entre 2003 [...] et 2019", explique Alex Capri, analyste en chef pour l'école de commerce de l'université nationale de Singapour.

Et même si les entreprises manufacturières chinoises reprenaient leur travail à plein régime, "des pays et des régions du monde pourraient être frappés une seconde fois par une baisse de l’approvisionnement d'un de leur partenaire commercial, et vice versa", selon Bruce Pang, responsable de la recherche macro et stratégique chez China Renaissance Securities.

Les ports et les hubs s'engorgent

  • Perturbations du transport mondial: On le sait, la crise du Covid a fermé partiellement ou temporairement de nombreux ports aux États-Unis, en Europe et en Asie, avec un impact énorme sur des plateformes logistiques clés pour le commerce international. Ajoutons à cela les nouvelles formalités administratives et les mesures de sécurité et de santé publique liées au Covid et vous avez là un réel cauchemar logistique à chaque étape de la chaîne d'approvisionnement. Et alors que des inondations majeures ont récemment touché l'Europe et endommagé d’importantes routes ferroviaires d'approvisionnement sur le continent, les choses ne semblent faire qu'empirer.
  • L'impact du blocage du canal de Suez se fait encore sentir: si l'Ever Given, l'énorme porte-conteneurs qui a bloqué le canal de Suez il y a quelques mois, est aujourd’hui libéré, la situation est loin d'être revenue à la normale. Les experts estiment que l'impact de cette catastrophe pourrait avoir des répercussions sur la chaîne d'approvisionnement mondiale pendant encore plusieurs mois. En 2020, avant la catastrophe, plus de 50 navires passaient en moyenne chaque jour par le canal de Suez, soit environ 12% du commerce mondial.

"Nous pourrions célébrer le succès de la libération du navire et du déblocage du canal de Suez, mais ce n'est pas encore la fin de l'histoire. Son impact va continuer à engorger les ports et les autres modes de livraison, et c’est sans compter le chaos qui en découlera", a déclaré Douglas Kent, vice-président exécutif en charge de la stratégie et des alliances à l'Association for Supply Chain Management.

Une pénurie préoccupante de conteneurs

Suite au Covid, au blocage du canal de Suez et à d’autres facteurs géopolitiques, les tarifs de fret ont explosé pour atteindre des niveaux inégalés. Alors qu'un unique conteneur de marchandises expédié de Shanghai à Los Angeles coûtait 1 500 $ avant la pandémie, ce même conteneur coûte aujourd’hui jusqu'à 30 000 $.

En résumé, il semble qu'à cause d’un savant mélange de Covid et de malchance la chaine d’approvisionnement logistique soit aujourd’hui dans un état qui n’a "aucun parallèle dans l'histoire économique récente".

Quelles sont les conséquences?

Bien que cette crise aient des conséquences multiples et profondes, penchons-nous sur les 3 conséquences qui risquent de nous affecter le plus.

Pénurie de puces informatiques

Aujourd'hui, nous dépendons des puces informatiques (aussi appelées puces semi-conductrices) pour des millions de produits que nous utilisons quotidiennement (voitures, smartphones, machines à laver, etc.) Mais la pandémie a entrainé une pénurie croissante de ces puces informatiques de haute qualité.

Comment en est-on arrivé là? Voilà comment:

  • Les usines de puces ont fermé pendant les périodes de confinement du COVID: de nombreuses usines ont dû fermer pendant plusieurs semaines pour des raisons sanitaires lorsque des travailleurs étaient atteints du Covid-19.
  • Une série de catastrophes naturelles a affecté l'approvisionnement en puces: une tempête de froid au Texas a provoqué la fermeture de plusieurs usines de semi-conducteurs, et un incendie dans une usine au Japon a entraîné des retards de production.
  • La demande de puces a bondi avec l’accroissement de la demande des consommateurs pour des biens durables (voitures, appareils électroménagers, etc): la production actuelle de voitures se retrouve sérieusement limitée par la faible offre en puces semi-conductrices. Un problème qui a même impacté les prix des voitures d'occasion dans certaines régions, qui sont ont parfois presque atteints ceux des voitures neuves.

Inflation

En s’amoncellant, ces retards et pénuries ont aujourd’hui crée un autre problème aussi connu que redouté: l'inflation.

  • La dernière enquête sur l’indice PMI (un indicateur économique) d'IHS Markit pour l'industrie manufacturière mondiale a montré que les retards de livraison actuels sont les plus importants jamais enregistrés depuis un quart de siècle. C’est cette situation sans précédent qui a entraîné la hausse des prix la plus rapide de la décennie.
  • Et l'offre n’est pas en mesure de rattraper le niveau de demande actuellement sur le marché, ce qui alimente à son tour l'inflation des prix.

Et vu comme la plupart des gouvernements se sont lancé dans des stratégies d'impression monétaire effrenée depuis le début de la crise du Covid, ce mélange de hausse des prix et de forte augmentation de la masse monétaire (l'argent disponible dans l'économie) sont un terreau parfait pour l'inflation.

Problèmes énergétiques

Vient enfin la question des problèmes d’approvisionnement en énergie, qui datent parfois même d’avant la pandémie de COVID-19, car l'énergie joue bien évidemment un rôle central dans la production de nombreux biens et services, et ses problèmes d'approvisionnement ont un impact direct sur les autres pans de l'économie.

Le secteur de l'énergie est actuellement confronté à 2 problèmes majeurs:

De nombreux pays ont cherché à transitionner vers des sources d'énergie plus vertes sans mettre en place des alternatives suffisantes: la Chine a ainsi connu d'importantes pénuries d'électricité, entraînant de nombreuses pannes et coupures de courant dans la deuxième plus grande économie du monde. Une situation qui impacte non seulement la capacité de production de la Chine et met ainsi encore plus de pression sur sa chaîne d'approvisionnement, mais qui ajoute également une demande énergétique nouvelle et inattendue d'une économie mondiale majeure dans cette chaîne d'approvisionnement déjà mise à rude épreuve.

Une augmentation de la demande en gaz naturel: avec une reprise sur les chapeaux de roue après la pandémie, l'offre de gaz naturel n'a pas été en mesure de répondre à cette nouvelle demande. Un problème qui s'explique principalement par la réduction de la production de gaz dans les premiers mois de la pandémie puis par une reprise bien plus rapide que celle prévue par le secteur de l'énergie. Du coup, l'Union européenne risque de ne pas disposer d'un approvisionnement énergétique suffisant pour l'hiver prochain, tandis que le Royaume-Uni a vu le prix de son gaz naturel bondir de 700% au cours de l'année écoulée.

"L'Europe se trouve entre le marteau et l'enclume. Alors que les marchés mondiaux du gaz naturel liquéfié (GNL) sont tendus depuis près d'un an et que la Russie est confrontée à ses propres problèmes d'infrastructure, les deux principales sources flexibles d'approvisionnement en gaz de l'Europe ne se sont pas manifestées", a déclaré Per Samer Moses, directeur de Global LNG Analytics chez S&P Global Platts.

Et la situation risque d'empirer:

"Étant donné l'épuisement des stocks dans la région, la moindre nouvelle optimiste, qu'il s'agisse de conditions météorologiques ou d'une rupture d'approvisionnement, a la capacité d'envoyer les marchés vers une guerre du prix le plus haut, alors que les fondamentaux indiquent que le marché devra s'équilibrer sur la destruction de la demande, une dynamique déjà observée en Asie et en Europe", a-t-il ajouté.

Comment la crise de la chaîne d'approvisionnement peut-elle affecter le prix de l'or?

Compte tenu des événements dramatiques de ces derniers mois, il n'est pas surprenant que les marchés restent volatils, et que de nombreux investisseurs s'inquiètent de la manière dont cette situation pourrait affecter leur investissement en or physique.

Mais il semble que, au milieu de tout ce chaos dans la chaîne d'approvisionnement, le prix de l'or ait surtout réagi à ses moteurs "traditionnels" que sont les chiffres de l'inflation aux États-Unis et la dynamique du dollar américain.

C'est ce qu'explique Nicky Shiels, responsable de la stratégie des métaux chez MKS PAMP GROUP: "Le mouvement des prix a été ennuyeux avec une tendance à la baisse qui n'a pas fonctionné ; l’or réagi de manière constructive au "bon vieux précepte" selon lequel l'inflation est haussière [pour le prix de l'or] [...] L'or continue à pointer vers 1800 dollars et a conservé ses gains post IPC".

D'autres analystes ont noté un accroissement de la demande d'or comme actif refuge privilégié par de nombreux investisseurs dans des périodes d'incertitude économique telles qu'aujourd'hui.

"L'or entre dans une période où les risques prennent désormais le dessus sur les échanges post-covid, et nous allons voir davantage de flux vers l’or comme valeur refuge. Il s'agit d'un renversement de tendance majeur et très positif pour l'or", a déclaré Edward Moya, analyste principal du marché chez OANDA.

Que peut-on en conclure?

Bien sûr, on aimerait tous savoir quand les chaînes d'approvisionnement reviendront à la normale, pour enfin pouvoir prévoir d'acheter ce nouveau canapé et se le faire livrer rapidement.

Mais peut-être va-t-il falloir nous habituer à cette nouvelle réalité, nous dit Alex Capri: "Je ne pense pas que les choses reviendront à la normale comme nous les avons connues au cours des deux dernières décennies. Nous sommes entrés dans une nouvelle ère, complètement différente, et la mondialisation telle que nous l'avons connue dans le passé est terminée".

Tim Uy, de Moody's Analytics, fait aussi écho à cette analyse avec ses propres prévisions et affirme que les choses "vont empirer avant qu’elles ne s’améliorent."

"Les contrôles aux frontières et les restrictions de mobilité, l’absence d'un pass vaccinal mondial et la demande accrue causée par les différents confinements vont former une tempête parfaite où la production mondiale sera freinée parce que les livraisons ne seront pas effectuées à temps, les coûts et les prix augmenteront, et la croissance du PIB dans le monde sera alors plus faible que prévue", a-t-il déclaré.

Et alors qu’il reste difficile de savoir dans quel sens la situation économique actuelle va évoluer, les investisseurs pourraient avoir raison de protéger leur portefeuille d'investissement contre ces problèmes persistants dans la chaîne d'approvisionnement mondiale avec un actif refuge.


Ces articles peuvent également vous intéresser