Les conséquences pour l'or d’un défaut sur la dette américaine

The Spotlight
10 minutes de lecture
4 oct. 2021

Les récents mouvements sur les marchés suggèrent que les investisseurs, après des mois à ignorer le problème, semblent maintenant prendre au sérieux la possibilité d’un défaut de paiement de la dette américaine.

Est-ce que vous avez déjà rêvé que votre banque vous accordait un crédit illimitée?

Le gouvernement américain, lui, a trouvé encore mieux: au cours des 60 dernières années, il a relevé le plafond de sa propre dette près de 90 fois, la plupart du temps sans heurts et sans bruits.

Mais aujourd'hui, le Congrès semble être dans l'impasse tandis que le risque croissant d’un défaut de paiement de la dette se profile pour le 18 octobre.

Alors que ce scénario autrefois impensable devient chaque jour de plus en plus probable, voyons l’impact qu’aurait un défaut de paiement des États-Unis sur les investisseurs dans l'or physique et comment ils peuvent s'y préparer.

D’abord, qu’est-ce que la limite de la dette?

Pour faire simple, il s'agit du montant total que le gouvernement américain est autorisé à emprunter.

La première limite de la dette a été fixée en 1917 à 11,5 milliards de dollars... aujourd'hui, elle s'élève à 2850 milliards de dollars et continue à grimper.

Depuis 1960, le Congrès a du agir 78 fois pour modifier la limite de la dette, selon les données officielles.

L'échec d’une suspension ou d’une augmentation de cette limite pourrait conduire au tout premier défaut de paiement des États-Unis, le gouvernement fédéral américain ne serait alors plus en mesure de rembourser sa dette, ce qui entraînerait des conséquences économiques désastreuses.

La secrétaire au Trésor américain, Janet Yellen, a récemment exhorté le Congrès à relever la limite de la dette d'ici le 18 octobre:

"Il est impératif que le Congrès s'occupe rapidement de la limite de la dette. S'il ne le fait pas, l'Amérique se retrouvera en défaut de paiement pour la première fois de son histoire. La pleine foi et le crédit des États-Unis [NDLR: Le “Full Faith and Credit Clause” est un élément essentiel de la constitution américaine] seraient compromis, et notre pays aurait probablement à affronter une crise financière et une récession économique", a déclaré Mme Yellen devant la commission bancaire du Sénat.

Alors que se passe-t-il si les États-Unis font défaut?

Selon les analystes, la seule crainte d'un défaut de paiement pourrait suffire à effrayer les marchés et à ébranler toute l'économie.

En 2011, par exemple, les États-Unis ont frôlé le défaut de paiement avant que les législateurs ne parviennent finalement à un accord, mais non sans déclencher une importante volatilité des marchés et une dégradation de la note de crédit du pays.

"Si vous revenez à la situation d'il y a dix ans, les marchés financiers se sont immédiatement effondrés; les investisseurs on été durement touchés et il y a un risque que ça se transforme en une crise financière", a déclaré Mark Hamrick, analyste économique senior chez Bankrate.com.

Quelles conséquences pour l'économie américaine?

Selon une estimation de Moody's Analytics, un scénario de défaut prolongé ferait entrer les États-Unis en récession:

  • Le PIB chuterait de près de 4 %.
  • environ 6 millions d'emplois seraient perdus.
  • le taux de chômage atteindrait 9 %.
  • la chute des marchés boursiers pourrait effacer 15 000 milliards de dollars de patrimoine des ménages.

Janet Yellen a elle aussi lancé une série d'avertissements catastrophiques, martelant que tout défaut de paiement de la dette américaine engendrerait un "préjudice irréparable".

"Un défaut de paiement pourrait déclencher une flambée des taux d'intérêt, une chute brutale des cours boursiers et d'autres problèmes financiers majeurs. Notre reprise économique actuelle se transformerait en une récession qui ferait disparaître des milliards de dollars de croissance et des millions d'emplois", a-t-elle écrit dans le Wall Street Journal.

Et même un défaut de paiement de courte durée pourrait "menacer la croissance économique en ébranlant la confiance placée dans les marchés et dans l'économie, en coupant les services vitaux aux Américains et en sapant la crédibilité du crédit des États-Unis. Des dommages difficilement réparables", ont déclaré d'anciens secrétaires au Trésor américains dans une lettre adressée aux dirigeants du Congrès.

Alors si le Congrès ne parvient pas à éviter un défaut de paiement de la dette d'ici le 18 octobre, l'économie américaine s’apprête à connaître des moments difficiles.

"S'il s'avère que cet actif présente en réalité un risque et qu'il peut effectivement faire défaut, [...] ce serait comme faire exploser une bombe en plein milieu du système financier mondial. Ce serait un vrai désastre.

Et, comme chacun le sait, les crises qui naissent aux États-Unis tendent à se propager rapidement au reste du monde.

Quelles conséquences pour l'économie mondiale?

Les retombées d’une telle crise se feraient évidemment sentir à l'échelle mondiale. Du simple fait de la place centrale des États-Unis dans la finance mondiale et du rôle du dollar américain en tant que monnaie de réserve et d'échange internationale.

"Le marché du Trésor américain est le principal actif d'ancrage international. S'il s'avère que cet actif présente en réalité un risque et qu'il peut effectivement faire défaut, ce serait comme faire exploser une bombe en plein milieu du système financier mondial. Ce serait un vrai désastre", a déclaré Jacob Kirkegaard, chercheur au Peterson Institute for International Economics.

Les titres émis par le Trésor américain sont considérés comme fiables depuis si longtemps qu'ils sont perçus par les marchés financiers comme ne présentant quasiment aucun risque. Ils servent ainsi de base pour un très grand nombre de contrats financiers à travers le monde.

"L'un des fondements de l'économie américaine et du système financier mondial est que le gouvernement américain paie ce qu'il doit en temps voulu. Si le gouvernement fait défaut, les économies américaine et mondiales, qui ont encore beaucoup de chemin à faire pour se remettre de la récession causée par la pandémie, retomberont en récession", a écrit Mark Zandi, économiste en chef chez Moody's Analytics, dans une note de recherche.

Quel sera l’impact d’un défaut de paiement de la dette sur l’or?

Pour ceux qui s’intéressent à l’achat d'or d'investissement, il est important de se rappeler que les données économiques américaines sont l'un des principaux moteurs du prix de l'or. Par conséquent, si un défaut de paiement devait se produire, le métal précieux en serait très probablement affecté.

Voici comment Nicky Shiels, responsable de la stratégie des métaux chez MKS PAMP GROUP, voit l’impact d'un défaut de paiement de la dette américaine sur l'or:

"Il y a une force structurelle et une corrélation positives du fait de la trajectoire de la dette américaine et de l'or, mais le prix à court terme dépend de la Fed, de facteurs influant sur d'autres actifs et du sentiment [du marché]."

Cela signifie qu'il pourrait y avoir deux scénarios possibles pour le prix de l'or:

  • SCÉNARIO 1: la dette américaine devient "insoutenable" et dépasse 200 % du PIB, le prix de l'or augmente.

"Le résultat est que la trajectoire insoutenable de la dette américaine est structurellement haussière pour l'or, […] le prix de l'or estimé par ce modèle devrait être de 4070 $ si la dette américaine dépasse 200% du PIB (comme prévu par le Congressional Budget Office d'ici 2050)", écrit-elle dans une note.

  • SCÉNARIO 2: le plafond est relevé et le ratio dette/PIB diminue, le prix de l'or se maintient au-dessus des 1 800 $.

"Une régression simple, avec une dette américaine à 101% du PIB (en 2024), place l'or à 1850 $ ; autrement dit, l'or a déjà largement intégré le prix d'un relèvement du plafond de la dette et la trajectoire de la dette américaine à court terme", a-t-elle déclaré.

Que peut-on en conclure?

En résumé, un défaut de paiement des États-Unis aurait des répercussions majeures pour le pays et l'économie mondiale, et pourrait créer "une crise financière historique", selon Mme Yellen.

Et même si le Sénat est récemment parvenu à un accord de dernière minute pour éviter la fermeture du gouvernement, le temps presse pour les législateurs américains qui tentent de relever ou de suspendre le plafond de la dette.

En période d'incertitude, les investisseurs se tournent généralement vers les valeurs refuges comme l'or pour protéger leurs portefeuilles.

Comme le montrent les scénarios de Nicky Shiels sur le prix de l'or, peu importe comment évolue la situation de la dette américaine, l'or semblerait capable de conserver sa valeur et d’offrir ainsi une forme de sécurité aux investisseurs, comme il a su le faire au fil des siècles.

Et si on ne sait pas encore ce qui va se passer le 18 octobre, la date limite pour agir sur le plafond de la dette, c'est peut-être le bon moment pour intégrer dans son portefeuille une protection contre la crise.


Ces articles peuvent également vous intéresser